Max Frisinger

Apparatus for Sinking Bodies

Esplanade du Grimaldi Forum

Horaire : 29 avril 2016

Crédit photo : © WhiteSpaceBlackBox

Le travail de Max Frisinger, qui vit et travaille à Berlin, se caractérise par une approche singulière. Depuis des années, l’artiste s’emploie à recueillir, la nuit en général, des objets abandonnés qu’il trouve dans la rue et dont il se sert comme matière première pour des installations complexes et sophistiquées. L’apparente décontraction de cette démarche contredit le fait qu’il s’agit bien d’une technique de sculpture habile, qui nécessite une véritable procédure de maîtrise cognitive et tactile. Elle implique des choix dans la composition qui rappellent la peinture gestuelle abstraite, pinceaux, brosses et matière en moins. Par opposition à la peinture, tous les objets ajoutent leur voix concrète issue de la “vraie vie” au processus d’abstraction naissant de la composition. Pour la Nuit Blanche de Monaco, il installera une sculpture originale réalisée à partir d’éléments venant des rues de Berlin sur l’esplanade du Grimaldi Forum.

Né à Brême en 1980, Max Frisinger vit et travaille à Berlin. Quand on l’interroge sur ses travaux et le développement de sa pratique, Frisinger dit simplement : inveni, vidi, vici ( « J’ai trouvé, j’ai vu, j’ai conquis »). Ses assemblages, d’apparence aléatoire et pourtant construit avec grande précision, peuvent renvoyer à la tradition de l’art des ordures et du recyclage des détritus, une manière de commenter la société de l’excès. Le fantôme des ready-made de Marcel Duchamp et des sculptures-objets trouvés de Jean Tinguely n’est jamais loin, pas plus que les accumulations d’Arman ou les tableaux-pièges de Daniel Spoerri, ainsi qu’un évident jeu poétique, quelque part entre Joseph Cornell et les improvisations musicales performatives de Fluxus.