Daniel Steegmann Mangrané

Surucuá, Teque-teque, Arara

Jardin de la Petite Afrique

Horaire : 27, 28 et 29 avril 2016

Surucuá, Teque-teque, Arara spacialized 8 channel sound installation, 11’11’’ 2012
Crédit photo : © Amilcar Packer

Daniel Steegmann Mangrané, artiste qui vit et travaille à Rio de Janeiro, recourt à différents supports comme le film, la photographie et l’installation pour examiner le lien entre le vivant et l’abstrait, entre la nature et l’observation humaine. Installée dans le Jardin de la Petite Afrique, son œuvre sonore Surucuá, Teque-teque, Arara (2012) reconstitue une promenade d’étude qui sillonnerait la mata atlantica, forêt tropicale brésilienne. Nous y percevons des cris d’oiseaux comme les trogons et les aras, ou encore de singes – autant de sons qui s’insinuent dans le bruit ambiant de la ville. L’atmosphère de ce petit parc urbain se trouve ainsi modifiée par une tranche acoustique provenant de l’autre bout de la planète, lointain écho des bruissements de la jungle.

Daniel Steegmann Mangrané (né en 1977 à Barcelone) vit au Brésil et rêvait enfant d’être biologiste. Cette connexion avec la nature en perpétuel mouvement inspire constamment l’artiste. Son travail se décline sous plusieurs supports : sculptures, installations et films. Son œuvre, aussi poétique que subtile, explore la relation entre le langage et le monde.
L’artiste a exposé au CRAC Alsace à Altkirch en 2014 ainsi qu’à la Triennale 2015 du New Museum de New-York, où il a présenté l’installation Phantom, un environnement virtuel simulant l’expérience psychédélique de la forêt amazonienne. Outre la pratique de son art, Daniel Steegmann Mangrané est l’un des organisateurs de l’école expérimentale Universidade de Verão à Capacete, Rio de Janeiro.

Autres expositions : Fondation Kadist, Paris ; Nouveau Musée National de Monaco ; Lafayette Anticipation (Fondation d’entreprise Galeries Lafayette).