Christian Waldvogel

Life Cycle (Blade Tip Vortex)

Jetée centrale, Plage du Larvotto

Horaire : 29 avril 2016, 20h40 - 20h50

Durée : 10 minutes

Crédit photo : © Christian Waldvogel, 2016

Le studio de l’artiste zurichois Christian Waldvogel est l’espace. Espace, comme dans : outerspace (espace interplanétaire), cet espace incluant la planète terre. Il ne faut pas voir là de la mégalomanie mais plutôt une approche conceptuelle. Pour la Biennale d’architecture de Venise 2004, avec son projet futuriste Globus Cassus, il a litérallement retourné la terre comme un gant ; et en 2010, Earth Turns Without Me reposait sur un vol en conditions réelles avec un pilote de chasse suisse. Volant vers l’ouest à une vitesse de 1 158 km/h, le soleil, tel qu’on le voit à partir du cockpit, reste à la même place – aussi longtemps que cette vitesse, qui correspond à la vitesse de rotation de la Terre, peut être maintenue. Ainsi, Christian Waldvogel a transformé le cockpit en une chambre noire pour saisir une photo du soleil totalement immobile. Dans le même ordre d’idées, Christian Waldvogel a imaginé pour la Nuit Blanche de Monaco de travailler sur le lien entre la technologie et les phénomènes naturels, créant un point de vue surprenant à l’aide d’un hélicoptère sur la Plage du Larvotto.

 

Architecte et artiste suisse, Christian Waldvogel (né en 1971 à Austin, USA) vit et travaille à Zurich, en Suisse. Waldvogel se considère comme un artiste conceptuel qui envisage l’humanité comme une espèce, sur une planète et dans l’univers. La compréhension de l’univers est l’étape nécessaire pour devenir de véritables citoyens du monde.

Il a pris part à de nombreuses expositions collectives en Suisse, en Allemagne, en Autriche, en Italie, en France, aux Pays-Bas, en Égypte et aux USA. Il contribue de façon régulière à des pro- jets qui regroupent des mathématiciens, des avocats, des microbiologistes, des astronautes, des pilotes, des physiciens et des architectes.

En 2004 il a représenté la Suisse pour la 9e Biennale d’Architecture de Venise et a été récompensé pour son livre intitulé « Globus Cassus », publié pour l’occasion. En 2011, le catalogue « Earth Extremes » lui a valu le prix du « Best designed Swiss Books ».