Chassol

Big Sun

Auditorium Rainier III

Horaire : 30 avril 2016, 01h20 - 02h20

Durée : 60 minutes

Crédit photo : © DR

Avec Big Sun, son rayonnant quatrième album, Christophe Chassol clôt sa trilogie d’ultrascores (la méthode d’harmonisation du réel qu’il a développée) commencée à la Nouvelle-Orléans créole (Nola Chérie, 2011) et poursuivie en Inde (Indiamore, 2013). Big Sun allie le sifflement d’un oiseau et celui de Pipo Gertrude, la poésie de Joby Bernabé, la conversation d’une habitante de la montagne, le rap de Sissido et Samak, la flûte de Mario Masse, le carnaval de Fort-de-France, les conques, le son de la mer ou le chahut d’une partie de dominos. Et de somptueuses pièces comme La Route de la Trace ou Reich & Darwin, qui surgissent au détour d’un virage et nous éblouissent.

Chassol se joue de la métrique et des mesures composées avec une égale fluidité. Rien n’est normé et pourtant tout paraît normal, il faut beaucoup d’aisance technique pour parvenir à un tel résultat, et encore plus d’élégance pour en dissimuler la complexité. Pas de métronome, pas de séquence, tout est joué au fil des mots, des bruits, du chant des oiseaux et de la musique intérieure de l’artiste.

Chassol joue avec naturel des choses qui ne le sont pas. La Martinique de Big Sun pulvérise les clichés, les codes et les catégories musicales. Il nous entraîne dans un étrange voyage organisé. Ce qu’il perçoit dans son sonar, son interprétation de la réalité, nous la percevons aussi. Cette île mystérieuse c’est lui, et c’est nous.

 

D’ascendance martiniquaise, Christophe Chassol (né en 1976) s’est produit sur les plus grandes scènes internationales, en solo ou aux côtés de Sébastien Tellier, The Cure ou Iggy Pop. On lui doit également les musiques de films tels que : « The Dark touch », « The Incident », « La Délicatesse », « Notre Jour viendra », « Le Plus Beau Jour de ma vie », « Narco », « Mauvais Esprits » etc.

Chassol a également collaboré avec Peter Klasen (Photoplay, LAAC Dunkerque), Sophie Calle (Biennale de Venise 2007) ou encore Xavier Veilhan.